De la campagne à la ville à la recherche de protection : Le cas colombien du déplacement forcé

Flora Edilma Osorio Pérez

Abstract


Le présent article traite de quelques dynamiques du déplacement forcé interne, présent de façon importante en Colombie pendant la dernière décennie à cause de la guerre interne que connaît ce pays. Suivant le flux ruralurbain, les paysans fuient leur domicile pour aller vers la ville. L’imaginaire de sécurité des villes, comme par exemple Bogotá où sont présents le gouvernement et toutes les institutions publiques, est en train de produire une urbanisation accélérée face à une déruralisation qui transforme l’ensemble du pays. La rencontre avec d’autres déplacés dans les mêmes circonstances que soi permet de tisser de nouvelles sociabilités improvisées, fragmentées et ambiguës et rend possible de trouver quelques réponses à leur situation. Malgré une précarité quotidienne, les desplazados (déplacés) soutiennent l’attente d’un futur meilleur, à défaut d’autres horizons et au sein d’une lassitude provoquée par l’instabilité et l’incertitude.

Full Text: PDF